mercredi 20 septembre 2017

Plonger dedans | par Dena Davida

In side (2003)
Danseurs : Jason Diggins et
Élizabeth Emberly
Chaque création de Stéphane Gladyszewski m’étonne. Mais c’est In side et Aura (un diptyque créé en 2003 et 2005) qui continue de me hanter au fil des années, probablement parce que ce fut ma toute première expérience avec la force de ses visions quasi hypnotiques. Cet artiste visuel et chorégraphique est un alchimiste de la matière numérique qui sait transformer la nature même d’un corps.

Dans l’espace étroit et intime de l’ancien Tangente sur Cherrier, deux êtres (un homme et une femme) ondulent, se caressent, se tordent, se tournent, se bousculent, chutent, rampent... Ils forment des images furtives et oniriques qui se succèdent dans un rythme stroboscopique. La succession des figures et l’environnement sonore coupent le souffle, deviennent hyper stimulants pour l’œil comme pour l’oreille.

Je suis déstabilisée et perds l’équilibre en raison de la perte de repères dans l’espace, mais heureusement je me trouve bien assise dans mon siège dans le noir. Il y a littéralement une dissolution de la frontière entre la deuxième et la troisième dimension, c’est-à-dire entre l’image réelle et projetée, qui se fondent l’une dans l’autre. J’ai la sensation de plonger dedans.



Ces corps nus sont à la fois allégoriques, poétiques, sensuels, sexués. (Une sculpture en bois de grandeur nature d’une colonne vertébrale humaine apparaît) Quelle matière malléable, ce corps humain ! La surface de la peau est écran et canevas, recevant lumières et substances liquides. Il y a une saturation des couleurs et des textures dans cette fusion de corps mouvementés, matériaux et lumières.

Une panoplie d'images épiques émerge dans ma conscience : la naissance de l’humanité, la fin du monde, la dissolution du corps humain... La puissance évocatrice de cette proposition esthétique me semble immense. Je demeure étonnée par le pouvoir de la danse.


Dena Davida © Nathalie St-Pierre
Dena Davida est cofondatrice, directrice artistique et présentement commissaire (de 1980 à aujourd'hui) de Tangente, la première salle de spectacle consacrée à la danse professionnelle au Québec.  Elle était également co-fondatrice et co-programmatrice du Festival international de nouvelle danse du 1985 au 2001, où elle a élaboré des projets de développement et de médiation culturelle. Docteure en Études et pratiques des arts à l'UQAM (2006), elle a proposé dans sa thèse une ethnographie d’un événement de « nouvelle danse » montréalais par le biais d’une étude de cas d’O Vertigo danse. Sensible au développement et à la professionnalisation du milieu artistique, et principalement du métier de la direction artistique au sein des organismes de diffusion, elle a cofondé en 2012 l'organisme La communauté internationale des commissaires des arts de la scène, aux côtés de Dominique Fontaine et de Jane Gabriels.
Pour plus d'informations sur Dena Davida, consultez son blogue.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Merci, votre commentaire a bien été pris en compte.