vendredi 4 décembre 2015

Trous de mémoire

Dialogue entre Catherine Lavoie-Marcus et Katya Montaignac
(Version CL)

C :  On revient toujours à la question " à qui appartient l'histoire? ", non? Qui possède ce passé de la danse? 
K: Mais il faudrait d'abord savoir " où se trouve cette histoire ?" 
C : Oui, c'est compliqué. Dans les archives ? Dans le corps des interprètes? Dans la mémoire des spectateurs? À tous ces endroits à la fois? 
K : Oui la danse a tendance à s'évader dans tous ces lieux.
C : La mémoire de la danse c'est une façon qu'a la danse de s'enfuir. 
K : Elle s'enfuit en se conservant!
C : Ou le contraire. 
K : Ce paradoxe comporte sa part de risque...pour l'intégrité de l’œuvre et sa conservation, pour le droit moral de l'auteur. La danse est toujours talonnée par une menace de disparition. 
C : Mais étonnamment, le traitement le plus sauvage de ses traces ou de sa mémoire - distortion, citation, détournement, remix, dérobade - participe souvent à sa conservation. 
K : Ça promet une durée à l’œuvre. Son ouverture.
C : Peut-être. Voyons-voir. 
K : Oui. 
(...)
[Suit une conversation où nous avons plusieurs trous de mémoire que nous remplissons patiemment.]

Participez à l'atelier lundi 7 décembre de 18h à 21h au département de danse de l'UQAM à Montréal (métro Sherbrooke au 840, rue Cherrier, local K-3105).
Plus d'informations

Collage - © 2014 Catherine Lavoie-Marcus
Les anarchives de la danse : projet de recherche mené par Catherine Lavoie-Marcus sur la puissance intempestive du document.
Elle prend forme dans le cadre d’ateliers où les participants sont amenés à créer collectivement un fond d’archives fictif. 
« Est-il possible de rendre hommage à l’histoire de la danse en lui faisant outrage? »

Catherine Lavoie-Marcus est chorégraphe, performeuse et chercheuse en arts vivants. Depuis 2011, elle diffuse ses créations sur les scènes montréalaises et publie des réflexions sur la danse contemporaine pour des ouvrages collectifs (Recréer / scripter – Mémoires et transmissions des œuvres performatives et chorégraphiques contemporaines, Les Presses du réel, 2015 ; Dance collection Danse) et les magazines esse, Spirale et Jeu. Elle est chroniqueuse pour la revue esse, en collaboration avec Michel F. Côté, et poursuit des recherches doctorales à l’Université du Québec à Montréal. Catherine Lavoie-Marcus est l'idéatrice du projet de la Toile-mémoire de la danse au Québec mené dans le cadre des Grands chantiers de la danse engagés par le Regroupement Québecois de la danse.
Lire aussi ce savoureux texte :
"Comme j'en parlais avant de mourir" : entrevue posthume avec Guy Debord imaginée par Michel F. Côté et Catherine Lavoie-Marcus et publiée dans la revue Esse.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci, votre commentaire a bien été pris en compte.